Les résolutions du jour de l’an, comment les respecter

Oui, c’est ce temps de l’année encore. Les abus du temps des fêtes nous poussent, la plupart du temps, à vouloir faire des changements. Et pour cette raison, les résolutions du Nouvel An refont surface.

Sous un angle positif, les gens veulent apporter des changements afin d’améliorer leur vie ou celle des gens qui les entourent. Il est très rare de voir quelqu’un promettre de jurer plus, de faire moins d’exercice ou de manger plus de malbouffe. Les résolutions ont souvent pour but d’améliorer notre vie, notre corps et ultimement elles avantageront notre environnement sociétal.

Nous avons tous eu ce conseil : commence avec quelque chose de petit, des objectifs réalisables, n’abandonne pas si tu fais une rechute, recrutes un ami ou un membre de la famille pour aider, etc. Nous avons tous aussi dans notre entourage une personne qui a fait un changement drastique dans sa vie et qui respecte son engagement, chacun a sa propre recette de succès. En fin de compte, quel est le mécanisme de changement ? Et bien, je crois que nous sommes presque tous d’accord pour dire qu’en fin de compte c’est notre capacité de prendre une décision et de la respecter, autrement dit notre volonté.

La volonté est innée et est présente en chacun de nous, mais l’aptitude est un trait de caractère propre à chacun. Certains n’ont aucun problème à effectuer un 180 degrés dans leur vie, alors qu’un petit changement peut se révéler être tout un combat pour d’autres et la majorité se situe entre les deux. Je vais vous confier un secret, tout le monde peut améliorer sa volonté. Votre habileté à vouloir faire des changements n’est pas gravée dans le béton, il est possible d’entrainer votre volonté à travers des habitudes.

Selon les chercheurs, 40 à 45 % des décisions que nous prenons sur une base quotidienne sont en fait des habitudes. Ce chiffre est étonnant! Pensez-y, nous ne prenons pas de décisions conscientes pendant près de la moitié de nos journées. La bonne nouvelle est que nous ne sommes pas impuissants face à ces habitudes. La première étape est de réaliser que nous avons tous des habitudes, certaines sont bonnes, d’autres le sont moins et certaines n’ont pas vraiment de but. Une fois conscientisés sur ce fait, nous devons porter une attention plus particulière à ces petites choses qui se trouvent en périphérie de notre conscience et qui affectent nos décisions. Et là, nous pouvons identifier nos habitudes. Si vous êtes en mesure d’identifier vos habitudes, vous pouvez alors les changer en ce que vous voulez.

Selon l’auteur du livre « The Power of Habit », Charles Dughigg, les habitudes ont des stades décisifs :

  1. un signal
  2. une routine après le signal
  3. une récompense

Maintenant, relions tout ça à nos résolutions du Jour de l’An. Si nous voulons commencer une nouvelle habitude/routine, nous devons créer un signal, planifier une routine autour de l’habitude et créer une récompense. Par exemple, si vous désirez commencer à marcher, courir ou faire de l’exercice le matin, créer un signal pour entamer le processus. Placez vos souliers de course et vos vêtements d’entrainement près de la porte. Planifiez l’activité qui devient la routine (par exemple, marcher 5 km) et ensuite créer la récompense. Si nous faisons des efforts pour améliorer notre santé, ce n’est probablement pas une bonne idée de saboter les objectifs avec un beigne, la récompense peut donc être une bonne douche relaxante ou un moment de détente à écouter de la musique.

D’un autre côté, si nous essayons de changer ou de mettre un terme à une habitude existante, nous devons identifier le signal. L’exemple utilisé par Duhigg, dans son livre, était son amour pour les biscuits aux pépites de chocolat à la cafétéria de son bureau tous les après-midi. Il a pris conscience que le signal était le moment de la journée, assis à son bureau sans interaction sociale depuis l’heure du diner. En identifiant le signal, il a été capable de changer la routine en faisant autre chose que de se rendre à la cafétéria. Il allait faire une marche ou restait à son bureau. Il a par la suite réalisé que la récompense était plus l’interaction avec ses collègues que les biscuits, ainsi il a changé l’habitude en pause pour échanger avec ses collègues.

En résumé, nous devons préméditer les signaux et les récompenses de façon à créer de nouvelles habitudes ou de mettre un stop aux habitudes nuisibles. Ceci est la base d’une résolution et le seul espoir de la respecter. D’un point de vue BOKS, puisque les avantages de l’activité physique et de l’exercice sont notre passion, voici de quoi réfléchir : nos habitudes ont de grandes chances de devenir celles de nos enfants. Toute habitude/routine positive que nous adoptons a tendance à déteindre sur ceux qui nous entourent. Raison de plus pour prendre des résolutions qui concernent notre santé et notre bien-être puisqu’elles profitent aussi à ceux qui nous entourent.

CHRIS TREMBLAY

Coordonnateur Régional BOKS, Canada atlantique